Archives de catégorie : Concerts

Le Carnaval, 1675 – Présentation

Les meilleurs succès des comédies-ballet de Molière, choisis par Lully lui-même

CarnavalLe 17 octobre 1675, Lully fit donner à la Cour puis au Palais-Royal, un Ballet-Mascarade intitulé Le Carnaval. Ecrit sur des textes de Molière, Benserade et Quinault, il était composé de neuf entrées, chacune reprenant les meilleurs succès tirés d’ouvrages antérieurs : Le Bourgeois Gentilhomme, Les Noces de Village, Monsieur de Pourceaugnac, Le Ballet de Flore, La Pastorale Comique.

Le livret publié la même année décrit le spectacle :

“Le Carnaval, habillé d’une manière qui le fait reconnaître, paraît sur un petit trône, au fond du théâtre. Il est environné de sa Suite ordinaire, vêtue de ses livrées, et composée d’un grand nombre de personnes qui chantent et qui jouent de plusieurs sortes d’instruments. Les violons qui le suivent commencent à célébrer son retour et Lui-même, par un récit qu’il chante, excite les enjouements qui l’accompagnent, à délasser le plus grand des Monarques de ses glorieux travaux.”

Lully ne se contente pas de reprendre telles quelles les musiques de ses œuvres antérieures, il les transforme ici parfois de manière tout-à-fait surprenante, comme ces extraits de Monsieur de Pourceaugnac où le rôle titre (interprété par Lully lui-même) devient un bourgeois italien qui s’exprime… en chantant !

Nous avons choisi les meilleurs extraits de ce divertissement afin d’en donner une version de chambre, à son aise aussi bien sur les scènes de théâtre que dans les salles de concert.

 Textes, musiques & distribution
  • Musiques de Jean-Baptiste Lully et Marc-Antoine Charpentier
  • Textes de Molière
  • Olga PITARCH, chant
  • Serge GOUBIOUD, chant
  • Olivier COIFFET, chant
  • Marco HORVAT, chant et guitare baroque
  • Charles-Edouard FANTIN, théorbe et guitare baroque
  • Christine PLUBEAU, basse de viole
  • Matthieu BOUTINEAU, clavecin
  • 2 Violons

TÉLÉCHARGEMENTS
Brochure Le Carnaval, 1675

Madrigaux et sonates de Giovanni Zamboni – Présentation

Della Casa Bologna Accademia filarmonicaGiovanni Zamboni, virtuose de l’archiluth, du clavecin et de divers instruments dans la première moitié du XVIIIe siècle, a été non seulement l’un des derniers luthistes italiens, mais aussi le dernier grand madrigaliste de l’histoire de la musique. Si les deux cycles de madrigaux qu’il nous a laissés n’ont jamais été publiés – faute de suciter l’intérêt des contemporains pour une forme passée de mode – ils constituent pourtant une splendide hommage aux maîtres du passé en même temps qu’un trésor de fantaisie et d’invention. Faenza leur redonne aujourd’hui une nouvelle vie.

On sait fort peu de choses de Giovanni Zamboni dit « le romain », sinon que, dans la première moitié du XVIIIe siècle, il fut un virtuose reconnu de différents instruments à cordes pincées : le luth, la mandoline, le théorbe, la mandore et le clavecin. Il fut l’un des derniers à composer pour le luth en Italie et ses 12 sonates publiées à Lucca en 1718 constituent le dernier recueil de musique imprimée en tablature pour cet instrument en Italie.

Ces sonates, écrites dans le style de Corelli, ont peut être influencé Sylvius Leopold Weiss, le dernier grand luthiste allemand, dont on sait qu’il séjourna deux ans à Rome. Stylistiquement, elles se situent dans la sphère du baroque international que Bach représente idéalement et à qui le style de Zamboni n’est pas sans faire penser : le prélude de sa huitième sonate est pratiquement un copié-collé du premier prélude du Clavier bien tempéré, dont le manuscrit est pourtant plus tardif. Qui s’est inspiré de qui ? Bien malin qui le dira !

Mais Zamboni n’est pas qu’un compositeur pour luth : il nous a laissé deux cycles de douze madrigaux à quatre voix, d’une très grande richesse d’invention. Après une floraison sans précédent au début du XVIIe siècle, l’usage du madrigal polyphonique s’est perdu vers le milieu du siècle au profit de formes plus démonstratives et plus faciles d’accès. Mais une « nouvelle vogue » madrigalesque s’est développée à Rome à la fin du XVIIe siècle, sous l’impulsion de cercles de lettrés dont faisait partie, entre autres, Alessandro Scarlatti. Ancré dans la tradition ancienne (en particulier par des choix poétiques qui furent ceux de Monteverdi ou Gesualdo) ce style d’écriture déploie des trésors d’invention et d’audace que l’on chercherait en vain dans la musique vocale contemporaine qui emporte l’opéra italien vers le style galant.

Zamboni a certainement joué un rôle important dans cette mouvance, comme en témoigne la recommandation du grand Maître de Chapelle de Saint-Jean de Latran, Girolamo Chiti, qui dit en substance avoir « eu l’honneur d’étudier les premier et second livres de madrigaux du très humble et digne virtuose Giovanni Zamboni » et y trouver « une connaissance approfondie du contrepoint et de l’expression du sens des paroles, synthèse de la rigueur de l’ancienne école et de l’expressivité chromatique du style moderne. » Ce travail, écrit-il, « mérite louange, estime et approbation. »

Textes, musiques & distribution
  • Olga PITARCH, soprano
  • Lucile RICHARDOT, alto
  • Jeffrey THOMPSON, ténor
  • Emmanuel VISTORKY, basse
  • Matthieu BOUTINEAU, clavecin
  • Charles-Edouard FANTIN, archiluth
  • Christine PLUBEAU, basse de viole
  • Marco HORVAT, théorbe et direction

TÉLÉCHARGEMENTS
Brochure Zamboni

10 avril 2015 – Reims – Lambert au Cabaret

Affiche_LambertDATE
vendredi 10 avril 2015 à 19h00

LIEU
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines – Campus Croix Rouge
Bâtiment modulaire 09
57, rue Pierre Taittinger – Reims

INSCRIPTIONS
Eventbrite

DÉCOUVRIR LAMBERT AU CABARET
| A partir du spectacle Le Bel Air l’ensemble Faenza a fait évoluer sa création, par l’apport des étudiant-e-s de l’Université de Reims Champagne Ardenne, dans le cadre de la résidence mise en place au Centre Universitaire de Troyes. Une variante de la création et de la mise en scène d’origine par l’interaction des étudiant-e-s impliqué-e-s dans la résidence.

JACES_Logo_CS4_378788

09 avril 2015 – Reims – Lambert au Cabaret

Affiche_LambertDATE
jeudi 09 avril 2015 à 18h00

LIEU
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines – Campus Croix Rouge
Bâtiment modulaire 09
57, rue Pierre Taittinger – Reims

INSCRIPTIONS
Eventbrite

DÉCOUVRIR LAMBERT AU CABARET
| A partir du spectacle Le Bel Air l’ensemble Faenza a fait évoluer sa création, par l’apport des étudiant-e-s de l’Université de Reims Champagne Ardenne, dans le cadre de la résidence mise en place au Centre Universitaire de Troyes. Une variante de la création et de la mise en scène d’origine par l’interaction des étudiant-e-s impliqué-e-s dans la résidence.

JACES_Logo_CS4_378788

Le Bel Air – Présentation

Illustration_BelAirCe programme est placé sous le signe du Bel Air, cabaret parisien où le compositeur Michel Lambert aimait à retrouver ses amis poètes et musiciens. Ce fut aussi là qu’il rencontra sa première femme, ainsi que l’amour de sa vie – respectivement la fille ainée et la fille cadette du propriétaire des lieux, un certain Michel Dupuis. Panorama haut en couleurs du chant français au milieu du XVIIe siècle, le Bel Air dessine un portrait de ce musicien attachant qui fut une figure centrale de la vie artistique du Grand Siècle. Le Bel Air se décline en version concert et en version cabaret, les musiciens évoluant au milieu d’un public attablé autour d’un verre et de menus amuse-gueule.

Textes, musiques & distribution

  • Musiques de Michel Lambert, Honoré d’Ambruis, Bénigne de Bacilly, Joseph Chabanceau de la Barre, Jean-Jacques Dubuisson, Charles Hurel, Sébastien Le Camus.
  • Textes de Charles d’Assoucy, Isaac de Bensérade, Jean de La Fontaine, Michel Lambert, Tallemant des Réaux, Charles de Vion.
  •  Chant : Olga Pitarch
  • Chant et théorbe : Marco Horvat
  • Théorbe et guitare baroque : Charles-Edouard Fantin

TÉLÉCHARGEMENTS
Brochure le Bel Air